SOMMAIRE   |   SUIVANT
musique

Ulaş Özdemir, jeune musicien inspiré, s’inscrit dans l’héritage de la musique sacrée des troubadours et poètes mystiques d’Anatolie, les aşık. Plus qu’aucun autre musicien-chanteur de sa génération, Ulaş Özdemir conjugue un profond savoir musical et une rare virtuosité dans l’interprétation.

Né en 1976 à Maraş dans le Sud-Est de la Turquie, Ulaş Özdemir a été baigné dès l’enfance dans la musique sacrée des Alévis-Bektashi (groupe religieux de l’Islam chiite hétérodoxe) où apparaît l’aşık, ce troubadour amoureux et poète mystique, s’accompagnant au saz ( luth à longue manche).

Dès sa jeunesse, Ulaş Özdemir commence avec son père le collectage de cette musique populaire de la province de Maraş. À cette même époque il publie des articles sur la musique dans des journaux et revues. Il part ensuite à Istanbul pour faire ses études et obtient son diplôme d’ethnomusicologie à l’Université Yildiz.

Depuis dix ans, ce musicien à multiples facettes travaille comme directeur de production pour la prestigieuse maison de disque Kalan Müzik à Istanbul, connue pour ses publications des archives des musiques régionales turques.

Performance lors du colloque Violence, politique, exil/des-exil dans le monde d’aujourd’hui à Istanbul, mai 2014

Ulaş Özdemir a enregistré plusieurs albums notamment avec des musiciens renommés comme Kayhan Kalhor, Erdal Erzincan et Ali Akbar Moradi. Il s’est également fait connaître comme compositeur de musique de films en Turquie. Ses riches arrangements instrumentaux se nourrissent des différentes traditions musicales de son pays.

En 2012, Ulaş Özdemir et ses deux compères marseillais Sam Karpienia et Bijan Chemirani forment le trio FORABANDIT, rencontre créative des troubadours frondeurs et libertaires d’Occitanie et d’Anatolie. Ces troubadours de notre époque franchissant les frontières géograhiques, musicales et de l’imaginaire ont signé deux albums dont le second sort en France le 12 mai.

 

 

DISCOGRAPHIE DU GROUPE FORABANDIT

Forabandit (2012)

Forabandit est une création musicale célébrant la poésie libertaire d’Occitanie et d’Anatolie, portée par trois musiciens: Sam Karpienia, chanteur et joueur de mandole, s’inscrit, à partir d’une approche contemporaine, dans la tradition lyrique de la poésie courtoise des troubadours occitans. Sa voix, profonde et éraillée, d’une incomparable force évocatrice, trouve un écho puissant dans le chant d’Ulaş Özdemir, qui perpétue d’une voix douce et intimiste, la parole protestataire des aşıks anatoliens, figure du troubadour itinérant. Les rythmes persans des percussions de Bijan Chemirani viennent croiser avec finesse les voix de ces nouveaux poètes qui révèlent toute la poésie vivante et frondeuse d’Occitanie et d’Anatolie, dans un écrin résolument méditerranéen. Inspiré et lumineux.

 

Port (2014)

Né il y a cinq ans, sur la base d’un projet de rencontre entre le répertoire des troubadours occitans et celui des aşiks turcs, Forabandit est devenu cette magnifique petite bulle créative qui scintille d’évidence à l’écoute de « Port », deuxième album du trio, produit par Full Rhizome et qui paraît sur le label Buda Musique. L’esthétique Forabandit se confirme, singulière et identifiable. Les trois musiciens – Sam Karpienia (chant occitan, mandole), Ulaş Özdemir (chant turc, saz) et Bijan Chemirani (percussions) – règnent désormais sur un espace d’explorations libres et spontanées, un univers méditerranéen créolisé d’où surgit volontiers l’inattendu. Une subtile couleur mélodique, une structure subitement brisée, un arrangement rythmique ou vocal teinté de psyché-rock… les inventions abondent. Devenu auteur de ses propres textes, Forabandit versifie l’amour et l’exil pour faire rimer les ports d’Istanbul et de Marseille, à travers dix pièces où se mêlent la part de vécu et d’imaginaire colportée par chacun. Et pour dire comme dans cet univers poétique rien n’est jamais totalement acquis ou totalement désespéré, la musique et les mots de Forabandit adoptent cette forme d’optimisme raisonnable qui fait toute la majesté et la fragilité d’un soleil d’automne. Art de la demi-teinte, de la nuance, que Forabandit explore jusqu’en studio, en jouant avec le granuleux de l’acoustique et le brillant des machines de traitement. Tels ces ports auxquels il rend hommage, ce deuxième album est une escale, une étape dans la continuité.

 

 


Cet enregistrement a été réalisés par SavoirLibre. Il est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.

88x31
logo_SavoirLibre_SML

 


(RE)PENSER L’EXIL N°5 > ULAŞ ÖZDEMIR

Exil, Création Philosophique et Politique
Repenser l'Exil dans la Citoyenneté Contemporaine

Programme du Collège International de Philosophie (CIPh), Paris
© 2010-2016